Types de contraception – Femma

Par le Dr Emma Rees

Les contraceptifs sont conçus pour prévenir la grossesse. Ils empêchent les spermatozoïdes mâles d’atteindre l’ovule de la femme. Il existe une grande variété de méthodes contraceptives qui fonctionnent toutes de manière légèrement différente. La plupart des méthodes contraceptives ne préviennent pas les maladies sexuellement transmissibles, mais les méthodes de barrière telles que les préservatifs le font. Avec une telle variété de contraceptifs disponibles, il peut parfois être difficile de déterminer quelle est la meilleure méthode à utiliser.

Les médecins de Femma aident les femmes à faire ce choix. Nous utilisons des outils d’aide à la décision pour comprendre ce qui est le plus important pour vous en matière de contraception.

Il existe 12 types de contraception différents, dont ;

1. Le stérilet (dispositif intra-utérin) – bobine de cuivre

Un stérilet est un petit dispositif en plastique et en cuivre que l’on place dans l’utérus. Il comporte un ou deux fils fins à l’extrémité qui pendent à travers le col de l’utérus (l’entrée de l’utérus) dans la partie supérieure du vagin.
Un stérilet est efficace pour la contraception pendant 5 ou 10 ans, selon le type. Si vous êtes âgée de 40 ans ou plus au moment de la pose du stérilet, celui-ci fonctionnera comme moyen de contraception jusqu’à la ménopause, moment où la contraception n’est plus nécessaire. Un DIU est parfois appelé « stérilet » ou « stérilet en cuivre ». Il en existe de différents types et de différentes tailles.

2. SIU (système intra-utérin) – Mirena/Kyleena

Un SIU est un petit dispositif en plastique qui est placé dans l’utérus et qui libère une hormone progestative. Cette hormone est similaire à la progestérone naturelle produite par les ovaires. Le SIU sert de moyen de contraception pendant trois, quatre ou cinq ans, selon le type. Il existe différents types et tailles avec différentes quantités d’hormone progestative. Si vous avez plus de 45 ans au moment de la pose d’un type particulier de SIU (Mirena), celui-ci fonctionnera comme contraceptif jusqu’à la ménopause, moment où la contraception n’est plus nécessaire.

A lire  LE CYCLE MENSTRUEL TEL QU’ON NE VOUS L’A JAMAIS CONTÉ

3. Injections contraceptives

Les injections contraceptives contiennent une hormone progestative qui est similaire à la progestérone naturelle produite par les ovaires. Il existe différents types d’injections.

4. Pilule combinée (COC)

La pilule combinée est généralement appelée pilule. Elle contient deux hormones : l’œstrogène et le progestatif. Ces hormones sont similaires aux hormones naturelles produites par les ovaires. Il existe différents types de pilules combinées et différentes façons de les prendre.

5. Pilule progestative (POP)

Les pilules progestatives (POP) contiennent une hormone progestative. Celle-ci est similaire à la progestérone naturelle produite par les ovaires. Les différentes PP contiennent différents types de progestatifs. Si vous n’êtes pas sûre du type de progestatif contenu dans votre POP, consultez la notice d’information destinée à la patiente qui se trouve à l’intérieur de votre boîte ou demandez à votre médecin ou à votre infirmière. Les PP sont différentes des pilules combinées car elles ne contiennent pas d’œstrogènes.

6. Implant contraceptif

Un implant contraceptif est un petit bâtonnet souple placé sous la peau, dans la partie supérieure du bras. Il libère une hormone progestative similaire à la progestérone naturelle produite par les ovaires. Il fonctionne pendant trois ans.

7. Anneau vaginal contraceptif

L’anneau vaginal contraceptif est un anneau en plastique souple et transparent. Il est placé dans le vagin où il libère deux hormones, l’œstrogène et le progestatif. Ces hormones sont similaires aux hormones naturelles produites par les ovaires et à celles utilisées dans la pilule combinée.

8. Le patch contraceptif

Le patch contraceptif est une petite pièce mince de couleur beige, d’une taille d’environ 5 cm x 5 cm, que l’on colle sur la peau et qui libère deux hormones : l’œstrogène et le progestatif. Ces hormones sont similaires aux hormones naturelles produites par les ovaires et à celles utilisées dans la pilule combinée.

A lire  4 raisons d’apprendre à lire… son cycle menstruel – Cycle Naturel

9. Contraception d’urgence

Si vous avez eu des rapports sexuels non protégés, c’est-à-dire sans utiliser de contraception, ou si vous pensez que votre contraception a échoué, vous pouvez utiliser une contraception d’urgence.

10. Préservatifs (externes – hommes, internes – femmes)

Les préservatifs externes (masculins) et internes (féminins) sont des méthodes de contraception de barrière. Ils empêchent les spermatozoïdes de rencontrer un ovule. Un préservatif externe se place sur un pénis en érection et est fait de latex (caoutchouc), de polyuréthane (plastique) ou de polyisoprène très fins. Un préservatif interne est fabriqué en polyuréthane (plastique souple) ou en polymère nitrile (caoutchouc synthétique). Il est placé dans le vagin et le recouvre de manière lâche.

11. Méthodes de sensibilisation à la fertilité

La connaissance de la fertilité consiste à être capable d’identifier les signes et les symptômes de la fertilité pendant le cycle menstruel afin de planifier ou d’éviter une grossesse. Ces informations concernent l’utilisation des méthodes de connaissance de la fertilité comme moyen de contraception pour vous aider à éviter de tomber enceinte. L’utilisation des méthodes de connaissance de la fertilité comme moyen de contraception est également connue sous le nom de planification familiale naturelle.

12. Contraception permanente – Stérilisation

La stérilisation est une méthode de contraception permanente, destinée aux personnes qui ne veulent plus d’enfants, ou qui ne veulent plus d’enfants du tout. Elle empêche les spermatozoïdes de rencontrer un ovule.

Pour en savoir plus sur chaque type de contraception et sur celui qui vous convient le mieux, abonnez-vous à Femma.com.au dès aujourd’hui !

A lire  Tous les saignements ne sont pas des règles ! – Cycle Naturel