Les méthodes d’observation du cycle : un formidable moyen d’empowerment

#Empowerment : un joli hashtag pour bien commencer l’année ! Mais naturellement, c’est bien plus qu’un hashtag. Connaissez-vous ce concept ? Il semble peu évident de le traduire en français (parmi les options que j’ai trouvées : capacitation, habilitation, empuissancement, autonomisation, empouvoir, responsabilisation… rien de parfaitement concluant, même si vous commencez à voir l’idée), je vais donc me contenter de l’expliquer :

L’empowerment consiste à créer des conditions favorables à la confiance (y compris la confiance en soi), pour développer la capacité de faire ses propres choix de façon autonome.

Dans les années 60/70, des mouvements féministes américains ont largement contribué à la diffusion de ce terme avec l’idée de remplacer une libération de la femme « proposée/imposée de l’extérieur » par une émancipation autonome, s’appuyant sur les moyens dont nous disposons pour répondre nous-mêmes aux questions auxquelles nous sommes confrontées. L’une de ces questions est bien sûr celle de notre fertilité. Et (vous voyez où je veux en venir) les méthodes naturelles d’observation du cycle sont un formidable outil que nous avons à notre disposition pour ne pas subir cette fertilité mais au contraire vivre avec elle, sans la supprimer.

Quelques réflexions pour donner le ton en ce début du mois de janvier…

Volons de nos propres ailes !

L’oiseau ne craint pas que la branche ne cède, parce que sa confiance n’est pas dans la branche, mais dans ses propres ailes (pensée orientale, anonyme).

Il ne s’agit pas, en transmettant la connaissance du cycle féminin et de ces méthodes d’auto-observation, de coudre de nouvelles ailes à l’oiseau, mais de rappeler à l’oiseau qu’il a des ailes capables de le faire voler. Chaque femme est DÉJÀ capable d’observer et comprendre les signes que son cycle de fertilité lui envoie. Simplement, elle ne sait pas forcément qu’elle l’est. Grâce à une meilleure connaissance de son corps, elle sera pourtant capable de poser un choix de contraception éclairé. Et elle réalisera peut-être par la même occasion qu’elle n’est pas obligée de s’asseoir sur la branche parfois un peu tordue ou douteuse du contraceptif, i.e. de soumettre son corps à une manipulation médicale ou son porte-monnaie à une consommation pharmaceutique, pour atteindre ses « reproductive goals » comme disent les américains.

Confiance & confiance en soi ⇒ autonomie

Le lien entre méthodes d’observation du cycle et empowerment ne sort pas de mon chapeau. Ce concept est plus qu’exploité par tous les acteurs qui œuvrent à la promotion et la transmission de ces méthodes notamment aux Etats-Unis (un jour, je vous ferai un article sur l’avance qu’ont nos amis outre-atlantique sur nos « méthodes naturelles » françaises quasi secrètes).

Limite, revue d’écologie intégrale – comme ils se définissent, s’en fait également l’écho, interrogeant plusieurs philosophes et théologiens au sujet de la possibilité (et de la crédibilité) d’une planification 100% naturelle des naissances :

empowerment-contraception

Revue Limite

* Qui est MME ? Michel Maxime Egger ! Sociologue, orthodoxe et responsable d’ONG. Il anime le réseau Trilogies : entre le cosmique, l’humain et le divin et est auteur notamment de La Terre comme soi-même, repères pour une écospiritualité, préfacé par Pierre Rabhi.

L’émancipation, l’autonomie… à quoi bon ? me direz-vous. Alors qu’on peut se reposer sur la chimie de la pilule et la technique du stérilet, fiables et inoffensives dans 99% des cas !? Parce que les méthodes naturelles sont bien plus qu’une contraception ! Je vous le donne en mille :

Autonomie ⇒ épanouissement personnel + bonheur

Les jeunes parents parmi vous le savent, c’est une des idées maîtres des nouvelles méthodes de pédagogie, inspirées notamment des travaux de Maria Montessori mais aussi des recherches récentes en sciences cognitives. Et si nous (femmes, couples) nous appliquions ces principes si prometteurs dans lesquels nous plongeons nos enfants ? Car avec l’apprentissage d’une méthode scientifique d’observation du cycle, nous découvrons que nous avons en nous-mêmes les ressources nécessaires pour maîtriser notre fécondité, grandir dans la connaissance de notre corps et de celle de notre conjoint, nourrir notre estime personnelle, développer une intimité de couple. C’est là que je vous partage mon témoignage personnel car OUI la grande autonomie avec laquelle nous vivons notre fécondité de couple est un bonheur quotidien. Mon intimité est confiée à mon auto-observation et à mon mari avant de l’être à mon gynéco ou ma sage-femme ; nos souhaits sont mûris à deux ; nos choix sont posés librement sans intervention extérieure.

Alerte : autonomie ⇔ responsabilité !

La responsabilisation : un grand champ à explorer, dont nous avons parfois perdu l’habitude. Eh oui les amis ! Car ne pas recourir à une contraception extérieure, c’est chaque mois, devoir se positionner comme un grand face à son désir ou non d’enfant. Car ne pas recourir à une contraception extérieure, c’est se retrouver seul et responsable (solitude et responsabilité partagée avec son conjoint bien sûr) face à une grossesse non planifiée : aucun artifice pour nous dédouaner, aucune technique pour nous déresponsabiliser, aucun médecin à critiquer, aucun labo pharmaceutique à attaquer. Allons, soyons honnêtes, faire le pari de l’autonomie et de la responsabilité, n’est pas un long fleuve tranquille. Mais les fruits sont grands : je me connais, je prends conscience de mes limites, j’apprends à me faire confiance… cela m’épanouit car je suis actrice de ma vie et responsable des choix que je pose.

Alors. Et si les méthodes d’observation de la fertilité étaient à la contraception ce que Montessori est à l’éducation : une approche moderne, innovante, holistique (qui prend en compte l’être humain dans sa globalité), s’appuyant sur nos aspirations naturelles pour nous promettre la paix et le bonheur ? Vaste programme n’est-ce pas ? 😉

2016 aura été une année empowerante pour moi, avec la naissance de Cycle Naturel : simple blog au départ, auquel sont finalement en train de s’adosser des idées, des projets, des activités à développer, et même des rêves… Que cela continue ! Je nous souhaite à tous une année 2017 autonome et responsable.

Soyons les acteurs de nos vies.

Envolons-nous !

7 réflexions sur “Les méthodes d’observation du cycle : un formidable moyen d’empowerment

  1. Eugenie dit :

    Une très belle année à toi aussi ! 🙂
    Toujours plus empowerante, inspirante et libératrice !
    Très belles réflexions autour du couple et du pouvoir de la femme, nous pouvons toutes êtres actrices de notre fertilité, et aujourd’hui en toute sécurité car les connaissances du cycle féminin sont acquises. Merci à toi de participer à leur diffusion, et vive 2017 ! #empowerment

  2. Hélène dit :

    Bonjour,

    Déjà merci pour cet article et pour l’ensemble de votre site… qui est top !

    Je suis quand même très gênée avec cette notion d’ « autonomie » dont on parle souvent pour les MOF (pour reprendre votre terme que j’adore) : certes, les femmes/couples deviennent plus autonomes pour connaître et gérer leur fertilité qu’avec des méthodes mécaniques ou chimiques, mais au final on est totalement dépendants… car l’accès à l’information et aux MOF les plus fiables (Billings, FertilityCare, MAO) est réservé aux initiés, en contact avec et suivis par un formateur référent agréé… Bref, aucun moyen de se former par soi-même.
    Pour des méthodes qui prônent l’autonomie et qui veulent libérer les femmes/couples, ça passe quand même par un accès obligatoire via des moniteurs… Ce qui me paraît assez contradictoire avec leur vocation universelle.
    Autant je comprends bien les arguments avancés – chaque couple est unique, un livre ou site Internet ne prévoira jamais toutes les situations, et le suivi par un moniteur peut être un appui essentiel pour se lancer et lors des périodes un peu plus délicates de la vie ; autant je ne comprends pas en quoi présenter la méthode de façon complète ne peut pas se faire dans un livre ou sur un site Internet… Ou même sur une application, qui interprèterait à partir des données que l’on rentre ? (Pour des règles aussi basiques que « décalage de température », « changement de consistance de glaire », n’importe quelle application faite avec l’aval des moniteurs devrait pouvoir le faire).
    C’est un peu infantilisant que de considérer que les règles des MOF se transmettent obligatoirement par des moniteurs agréés, et qu’on ne peut pas se former seuls… Et très dommage de ne trouver aucune information sur les méthodes de manière concrète (ni même un simple tableau à télécharger) sur les sites des méthodes officielles.

    Cela dit, à cet égard je reconnais que votre site est l’un des rares où l’on trouve en libre accès et de façon accessible, grand public, tout en étant carré sur le fond, les informations que je recherche.
    En tant que fiancée qui cherche à se former, je regrette quand même totalement que les trois méthodes classiques en France ne fassent pas la démarche de démocratiser leur propos…

    Votre avis sur la question m’intéresserait 🙂

    • Eugenie dit :

      Coucou Hélène, j’étais comme toi, et effectivement pas facile d’entrer en contact avec les moniteurs quand on est pas ‘du milieu’ … Il existe un manuel d’apprentissage de la symptothermie, disponible gratuitement et en licence libre (voir sur symptothermie.com) et d’autres outils.
      Après 15 ans sans contraception (et une pseudo méthode du calendrier que je ne recommande absolument pas !) j’ai pu apprendre par moi-même cette méthode et j’en suis totalement satisfaite !!
      Beaucoup de femmes aujourd’hui se détournent des hormones de synthèse pour un retour au naturel. C’est très bien mais cela peut aussi être risqué dans le début, car le corps est perturbé et les signes ne sont pas forcément lisibles, il y a un apprentissage à faire et un temps de transition supplémentaire par rapport à une femme qui a un cycle naturel depuis longtemps.
      Je pense qu’en ce sens il faut encourager les femmes à se faire suivre, pour leur donner un maximum de confiance en elles, et une vraie sécurité contraceptive.
      Mais si tu te sens assez confiante pour apprendre toi même, fonce ! 🙂

    • Cycle Naturel dit :

      Ah ah je n’ai plus rien à ajouter ! Merci à toutes les deux. C’est un constat similaire aux vôtres qui m’a donné l’idée (et l’envie) de lancer Cycle Naturel : les connaissances sur le cycle et ces méthodes ne doivent pas rester confidentielles !

      • Hélène dit :

        Oui, j’ai découvert ce manuel en accès libre et j’ai pas mal appris avec heureusement ! Mais pour tout ce qui est Billings/MAO « à la française » (car Symptothermie est une asso suisse), il n’y a rien…
        Je sais bien qu’il y a un apprentissage à faire et que se faire suivre/accompagner peut être bénéfique, mais je trouve ça infantilisant d’obliger les femmes/couples à devoir le faire et à ne pas laisser aux personnes la possibilité de 1) se former par eux-mêmes, 2) choisir de se faire accompagner ou non. Si le but est vraiment de diffuser les MOF au plus grand nombre (ce qui me semble la base de méthodes « naturelles », « au service de l’autonomie du couple » et « universelles »), je ne vois pas comment on y arrivera en obligeant les gens à se former par des organismes agréés… On peut aussi se former par soi-même, puis à un moment ou à un autre de sa vie (au début de la formation à la méthode, ou plus tard, ou jamais) se tourner vers des moniteurs…
        Pourquoi est-ce aux organismes/associations de décider à la place des femmes et des couples ce qui est bon pour eux ?
        Pour moi il y a dans cette obligation :
        – un manque de confiance dans les couples (car en soit ce sont des méthodes tout ce qu’il y a de plus scientifique ; je ne vois pas pourquoi ce qui se dit de couple à couple ne pourrait pas être écrit et diffusé, ce n’est pas secret… ni pourquoi des couples seraient incapables de le comprendre seuls à l’aide d’un manuel)
        – un côté « entre soi » qui rebute un peu ; ça fait vraiment « cercle des initiés et seuls ceux qui se forment avec des personnes certifiées agréées ont le droit d’entrer dans le cercle »… sur le site de Billings par exemple il n’y a absolument rien sur la méthode, pas même un tableau, ou des explications sommaires sur le fonctionnement.
        Bref, désolée pour le pavé 😉
        Et merci encore pour votre site, je vous encourage vraiment à continuer… et à apporter les infos dont nous manquons tant sur ces sujets !

      • Cycle Naturel dit :

        On trouve certaines choses en ligne quand même… par exemple les principes de la MAO ici. Je partage en partie vos questionnements et n’ai pas de réponse toute faite, mais il est certain que ces méthodes souffrent d’un manque de moyens pour communiquer, tout bêtement car elles ne rapportent rien ! 🙂 N’hésitez pas à leur poser directement la question par exemple sur le groupe Facebook « Méthodes Naturelles » qui regorge de moniteurs des 3 écoles que vous citez. En tout cas comptez sur moi pour contribuer (à ma mesure) à diffuser les connaissances scientifiques sur le cycle menstruel, et démystifier la fertilité. Let’s cycle!

      • Eugenie dit :

        Oui c’est sur que le contrôle de la diffusion de la méthode permet aussi de conserver les valeurs qu’ils défendent, et la conduite à tenir en période fertile, qui est régie par le dogme religieux, soyons claires ! (période fertile = abstinence !)
        Par contre pour Billings j’ai pu trouver sur leur site des explications sur la méthode. Un petit PDF qui explique les règles à observer. J’étais partie pour cette méthode au départ, mais finalement j’ai opté pour la sympto (le critère « température » a achevé de me convaincre !) Symptotherm est certes Suisse, mais francophone 😉 la frontière est juste géographique.
        Sinon 100% d’accord avec toi… il était temps qu’un blog sur le sujet voit le jour !!! Merci Cycle Naturel !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s