Douleurs menstruelles (dysménorrhée) – Femma

De nombreuses femmes ressentent des douleurs dans le bas-ventre, le dos et le haut des jambes, en particulier au cours des premiers jours de leurs règles. Les deux premiers jours sont généralement les plus pénibles, puis la douleur s’atténue. Parfois, des maladies telles que l’endométriose peuvent aggraver les douleurs menstruelles.

Qu’est-ce que la dysménorrhée ?

La plupart des femmes ressentent des douleurs pendant leurs règles. Ces douleurs sont souvent légères, mais chez environ 10 % des femmes, elles sont suffisamment intenses pour affecter leurs activités normales et peuvent même les empêcher d’aller au travail ou à l’école.

La dysménorrhée primaire est fréquente. Il s’agit d’une douleur sans problème sous-jacent au niveau de l’utérus ou du bassin. Elle touche généralement les femmes jeunes.

Dysménorrhée secondaire est une douleur causée par un problème au niveau de l’utérus ou du bassin. Elle est moins fréquente et survient plus souvent chez les femmes de 30 à 40 ans.

Dysménorrhée secondaire

La dysménorrhée secondaire provoque également des crampes et des douleurs pelviennes pendant les règles. Elle survient généralement après des années de règles « normales ». La douleur peut s’aggraver ou durer plus longtemps qu’auparavant.

Quelles sont les causes ?

Dysménorrhée primaire

Il n’y a pas de cause évidente. L’utérus est normal. On pense que des substances chimiques appelées prostaglandines s’accumulent dans la muqueuse utérine. Elles contribuent à la contraction de l’utérus et à l’élimination de la muqueuse pendant les règles. Il peut y avoir une accumulation de cette substance chimique ou l’utérus peut être très sensible aux prostaglandines. Il peut alors se contracter trop fortement, ce qui réduit l’apport sanguin et entraîne des douleurs.

A lire  Tout ce que vous devez savoir sur les œstrogènes et la progestérone

Dysménorrhée secondaire – Un problème au niveau de l’utérus ou du bassin provoque parfois des règles douloureuses. Par exemple :

  • Endométriose.
  • Fibromes.
  • Infections causant des maladies inflammatoires pelviennes.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les anti-inflammatoires sont efficaces dans environ 70 % des cas. Ils neutralisent les prostaglandines chimiques qui peuvent causer la douleur et réduire le flux sanguin. Voici quelques conseils à suivre lors de l’utilisation d’un anti-inflammatoire :

  • Commencez à les prendre dès que vous ressentez une douleur ou que vous commencez à saigner. Certaines femmes les commencent même la veille si elles connaissent la date de leurs règles.
  • Prenez les comprimés régulièrement, pendant les deux premiers jours de chaque période, plutôt que d’attendre que la douleur s’intensifie.
  • Veillez à prendre la dose adaptée à votre âge et à votre poids.
  • Parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien si vous pensez ne pas pouvoir prendre d’anti-inflammatoires. Ils peuvent causer des problèmes d’estomac ou affecter les personnes souffrant d’asthme.

Paracétamol. Le paracétamol peut être utilisé à la place ou en association avec un anti-inflammatoire non stéroïdien si le soulagement de la douleur n’est pas suffisant. Lisez toujours les détails sur l’emballage afin de ne pas dépasser la dose journalière maximale de l’un ou l’autre de ces analgésiques.

Contraceptif oral combiné (COC) est la pilule contraceptive. Elle peut être utilisée pour réguler et alléger les règles. Elle peut même être prise sans interruption pour réduire le nombre de règles par an. Le patch et l’anneau contraceptifs peuvent également être utilisés à cette fin.

Le système intra-utérin (SIU). Un dispositif contraceptif intra-utérin appelé SIU est un bon choix si vous souhaitez également une contraception à long terme. Il libère lentement une hormone qui « amincit » la muqueuse utérine. Il peut réduire les douleurs et les saignements liés aux règles.

A lire  Comment repérer l’ovulation (sans calculer !) – Cycle Naturel

Autres contraceptifs progestatifs. Ils peuvent être administrés sous forme de comprimés, d’injections ou de bâtonnets insérés dans le bras. Ils peuvent réduire les saignements mais sont plus imprévisibles que les contraceptifs combinés.

Un appareil de stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS). Un appareil TENS est une option pour les femmes qui préfèrent ne pas utiliser de médicaments. Ils semblent agir en affectant les voies de signalisation de la douleur vers le cerveau.

Dysménorrhée secondaire

Le traitement de la dysménorrhée secondaire dépend de la cause sous-jacente. Veuillez consulter les blogs pour en savoir plus sur les fibromes, l’endométriose et les maladies inflammatoires pelviennes, qui décrivent plus en détail certains des problèmes pouvant causer une dysménorrhée secondaire. Si vous portez un dispositif contraceptif intra-utérin (DIU) et que vous avez des règles douloureuses, les traitements de la dysménorrhée primaire (décrits ci-dessus) sont souvent efficaces. Toutefois, certaines femmes préfèrent se faire retirer leur stérilet si les symptômes ne s’améliorent pas.

Nous sommes conscients qu’il y a beaucoup d’informations à traiter et nous vous encourageons à en discuter avec un médecin généraliste d’Integriti pour vous assurer que l’option de traitement est la meilleure pour vous.