un formidable moyen d’empowerment – Cycle Naturel

#Empowerment : un joli hashtag pour bien commencer l’année ! Mais naturellement, c’est bien plus qu’un hashtag. Connaissez-vous ce concept ? Il semble peu évident de le traduire en français (parmi les options que j’ai trouvées : capacitation, habilitation, empuissancement, autonomisation, empouvoir, responsabilisation… rien de parfaitement concluant, même si vous commencez à voir l’idée), je vais donc me contenter de l’expliquer :

L’empowerment consiste à créer des conditions favorables à la confiance (y compris la confiance en soi), pour développer la capacité de faire ses propres choix de façon autonome.

Dans les années 60/70, des mouvements féministes américains ont largement contribué à la diffusion de ce terme avec l’idée de remplacer une libération de la femme « proposée/imposée de l’extérieur » par une émancipation autonome, s’appuyant sur les moyens dont nous disposons pour répondre nous-mêmes aux questions auxquelles nous sommes confrontées. L’une de ces questions est bien sûr celle de notre fertilité. Et (vous voyez où je veux en venir) les méthodes naturelles d’observation du cycle sont un formidable outil que nous avons à notre disposition pour ne pas subir cette fertilité mais au contraire vivre avec elle, sans la supprimer.

Quelques réflexions pour donner le ton en ce début du mois de janvier.

Volons de nos propres ailes !

L’oiseau ne craint pas que la branche ne cède, parce que sa confiance n’est pas dans la branche, mais dans ses propres ailes (pensée orientale, anonyme).

Il ne s’agit pas, en transmettant la connaissance du cycle féminin et de ces méthodes d’auto-observation, de coudre de nouvelles ailes à l’oiseau, mais de rappeler à l’oiseau qu’il a des ailes capables de le faire voler. Chaque femme est DÉJÀ capable d’observer et comprendre les signes que son cycle de fertilité lui envoie. Simplement, elle ne sait pas forcément qu’elle l’est. Grâce à une meilleure connaissance de son corps, elle sera pourtant capable de poser un choix de contraception éclairé. Et elle réalisera peut-être par la même occasion qu’elle n’est pas obligée de s’asseoir sur la branche parfois un peu tordue ou douteuse du contraceptif, i.e. de soumettre son corps à une manipulation médicale ou son porte-monnaie à une consommation pharmaceutique, pour atteindre ses « reproductive goals » comme disent les américains.

A lire  Carole témoigne – Cycle Naturel

Confiance & confiance en soi ⇒ autonomie

Le lien entre méthodes d’observation du cycle et empowerment ne sort pas de mon chapeau. Ce concept est plus qu’exploité par tous les acteurs qui œuvrent à la promotion et la transmission de ces méthodes notamment aux Etats-Unis (un jour, je vous ferai un article sur l’avance qu’ont nos amis outre-atlantique sur nos « méthodes naturelles » françaises quasi secrètes).

Limite, revue d’écologie intégrale – comme ils se définissent, s’en fait également l’écho, interrogeant plusieurs philosophes et théologiens au sujet de la possibilité (et de la crédibilité) d’une planification 100% naturelle des naissances :

empowerment-contraception

Revue Limite *

Qui est MME ? Michel Maxime Egger : sociologue, orthodoxe et responsable d’ONG. Il anime le réseau Trilogies : entre le cosmique, l’humain et le divin et est auteur notamment de La Terre comme soi-même, repères pour une écospiritualité, préfacé par Pierre Rabhi.

L’émancipation, l’autonomie… à quoi bon ? me direz-vous. Alors qu’on peut se reposer sur la chimie de la pilule et la technique du stérilet, fiables et inoffensives dans 99% des cas !? Parce que les méthodes naturelles sont bien plus qu’une contraception ! Je vous le donne en mille :

Autonomie ⇒ épanouissement personnel + bonheur

Les jeunes parents parmi vous le savent, c’est une des idées maîtres des nouvelles méthodes de pédagogie, inspirées notamment des travaux de Maria Montessori mais aussi des recherches récentes en sciences cognitives. Et si nous (femmes, couples) nous appliquions ces principes si prometteurs dans lesquels nous plongeons nos enfants ? Car avec l’apprentissage d’une méthode scientifique d’observation du cycle, nous découvrons que nous avons en nous-mêmes les ressources nécessaires pour maîtriser notre fécondité, grandir dans la connaissance de notre corps et de celle de notre conjoint, nourrir notre estime personnelle, développer une intimité de couple. C’est là que je vous partage mon témoignage personnel car OUI la grande autonomie avec laquelle nous vivons notre fécondité de couple est un bonheur quotidien. Mon intimité est confiée à mon auto-observation et à mon mari avant de l’être à mon gynéco ou ma sage-femme ; nos souhaits sont mûris à deux ; nos choix sont posés librement sans intervention extérieure.

A lire  Pourquoi ai-je toujours des infections urinaires ? 6 conseils pour aider les femmes à éviter les infections urinaires.

Alerte : autonomie ⇔ responsabilité !

La responsabilisation : un grand champ à explorer, dont nous avons parfois perdu l’habitude. Eh oui les amis ! Car ne pas recourir à une contraception extérieure, c’est chaque mois, devoir se positionner comme un grand face à son désir ou non d’enfant. Car ne pas recourir à une contraception extérieure, c’est se retrouver seul et responsable (solitude et responsabilité partagée avec son conjoint bien sûr) face à une grossesse non planifiée : aucun artifice pour nous dédouaner, aucune technique pour nous déresponsabiliser, aucun médecin à critiquer, aucun labo pharmaceutique à attaquer. Allons, soyons honnêtes, faire le pari de l’autonomie et de la responsabilité, n’est pas un long fleuve tranquille. Mais les fruits sont grands : je me connais, je prends conscience de mes limites, j’apprends à me faire confiance… cela m’épanouit car je suis actrice de ma vie et responsable des choix que je pose.

Alors. Et si les méthodes d’observation de la fertilité étaient à la contraception ce que Montessori est à l’éducation : une approche moderne, innovante, holistique (qui prend en compte l’être humain dans sa globalité), s’appuyant sur nos aspirations naturelles pour nous promettre la paix et le bonheur ? Vaste programme n’est-ce pas ? 😉

2016 aura été une année empowerante pour moi avec la naissance de Cycle Naturel : simple blog au départ, auquel sont finalement en train de s’adosser des idées, des projets, des activités à développer, et même des rêves… Que cela continue ! Je nous souhaite à tous une année 2017 autonome et responsable.

Soyons acteurs de nos vies.

Envolons-nous !

* : cette même revue Limite qui en octobre 2017 proposera d’oser un « féminisme intégral ». Dans un manifeste écrit par Eugénie Bastié et Marianne Durano, on lit que « la libération de la femme s’est soldée d’une aliénation sans précédent de son corps au dispositif médical. Dépossédée de sa fécondité, elle dépend du savoir des docteurs et des intérêts des laboratoires pharmaceutiques. La santé reproductive des femmes est ainsi trop souvent mise en danger par les produits censés la garantir. (…) Comment accepter qu’une société promouvant partout l’autonomie individuelle dépossède à ce point les femmes de leur propre corps, de ses rythmes et de sa fécondité ? ». Quelques pages plus loin dans ce même numéro 8, on trouve un article sur la pilule, les femmes, les labos… et la symptothermie, écrit par Pryska Ducoeurjoly journaliste, conseillère au sein de la fondation SymptoTherm, et fondatrice de l’association Ecologie du cycle féminin ! [Mise à jour de l’article le 21 octobre 2017].