Vous avez dit « femtech » ?

Femtech (pour female technology), la technologie au service des femmes, est un secteur économique qui commence à pas mal faire parler de lui notamment chez les investisseurs financiers, et pour cause : son marché n’avoisine pas moins de… la moitié de la population mondiale ! 😉

Celle à qui ce secteur en plein essor doit son nom s’appelle Ida Tin, elle est danoise et fondatrice de Clue, l’appli qui mise tout sur le cycle féminin. A l’instar de Clue, les projets femtech sont des projets tech qui surfent sur la santé des femmes et tout ce qui fait leur particularité (la fertilité, les règles, la grossesse, l’allaitement, la sexualité, la contraception, l’équilibre hormonal…) pour concevoir des produits uptodate qui répondent à leurs besoins.

Je précise tout de suite que je ne vous glisse pas ce billet pour vous faire de la pub (d’une part je n’ai pas investi un kopek dans une seule de ces boîtes et ne suis même cliente d’aucune, d’autre part elles sont quasiment toutes en anglais et moyennent leur service en échange de pas mal de $$$)… mais plutôt parce qu’il est bon de rester informé de ce qui se passe dans notre monde où tout va vite, vite, vite ! (le temps que j’écrive cet article, il sera déjà has been).

Saviez-vous par exemple que la semaine dernière, l’appli Natural Cycles a été reconnue comme le premier dispositif médical utilisable comme « moyen de contraception » en Europe, norme CE ? Inimaginable il y a encore quelques années. Natural Cycles c’est le « Lady Comp dématérialisé » dont je vous ai déjà parlé : comme lui, cette appli s’appuie sur le seul critère de la température pour déterminer jours fertiles et infertiles, et son algorithme garantit 99,5% d’efficacité pour des cycles typiques (NDLR : car pour les cycles atypiques, on ne peut rien sans l’observation de la… glaire cervicale !!). Elle aurait aujourd’hui 150 000 utilisatrices dans le monde.

Curieusement il semblerait que la Silicon Valley, à qui l’on peut pourtant faire confiance pour rester à l’affût de toute bonne opportunité de business, ait attendu ces deux dernières années pour (enfin) investir, moderniser et digitaliser le marché « de la femme »… mais peut-être n’était-ce pas si simple de proposer une appli pour suivre ses cycles et ses règles, à un auditoire d’investisseurs à 80% ou 90% masculin ?

Force est de constater qu’aujourd’hui l’étincelle a pris et que les dollars brillent dans les yeux : depuis 2014, CB Instights estime que 45 start-ups de la femtech auraient, ensemble, levé plus d’un milliard de dollars pour développer leurs produits innovants. La finance s’intéresse aux femmes : faut-il y voir une bonne nouvelle ? J’imagine que chacun(e) a son opinion sur le sujet… En attendant c’est un fait, voici leur état des lieux des start-up qui séduisent aujourd’hui les investisseurs :

Femtech market.jpg

Les start-up de la femtech par CB Insights, février 2017

Je vous laisse Googliser les marques qui vous inspirent, et surtout faire le tri, car parmi ces innovations, il y en a des vertes et des pas mûres ! Petit florilège :

  • Lola, Pink Parcel, Box de Fille… les box spéciales règles ;
  • Loon Cup : la cup connectée (oui oui) qui analyse le flux, le volume, la couleur et la qualité de vos règles… et qui vous dit quand la vider ;
  • Ava : le bracelet qui mesure votre pouls et votre température (les deux étant plus bas pendant la phase folliculaire que pendant la phase lutéale) pour identifier votre période fertile et vous aider à favoriser une grossesse ;
  • Flex : l’alternative au tampax que l’on peut porter pendant les rapports sexuels, un genre de diaphragme plus discret encore que l’éponge menstruelle Beppy ;
  • Nurx : l’Amazon de la contraception (gloups) ;
  • Les applis user-friendly de suivi de cycles, comme l’allemande Clue ou l’américaine Glow (NB : championnes de la forme, mais dont les prédictions de fertilité ne sont pas fiables si l’on souhaite éviter une grossesse !!) ;
  • Bloomlife : le patch de grossesse qui enregistre, compte et analyse vos contractions ;
  • Wink de Kindara, Yono ou Tempdrop : les thermomètres connectés qui envoient leur courbe de températures sur une appli (l’oreillette Yono et le bracelet Temdrop prenant même la température tout seuls pendant la nuit) !

Certaines idées font un peu tourner la tête… je vous assure qu’il faut maintenant s’attendre à tout !! Pour les prochaines je lance les paris et, vous me connaissez, je mise bien entendu sur les Méthodes d’Observation de la Fertilité (l’avenir de la féminité) en restant dans la lignée des thermomètres connectés : #1 les toilettes connectées qui dosent les hormones dans nos urines… et #2 le détecteur/préleveur/analyseur de glaire cervicale connecté, sur lequel plaisantait TechCrunch un certain 1er avril. Qui dit mieux ?

Alors nos méthodes naturelles… parfois un peu (trop) artisanales… parfois un peu (trop) confidentielles : pensez-vous qu’elles aient intérêt à entrer dans la femtech danse, pour gagner en reconnaissance et/ou y diffuser leur connaissance ? Ou y perdraient-elles leur substantifique moelle ? Ces applis, ces connected devices et ces smart objects nous éloignent-ils de notre nature, ou nous aident-ils à mieux nous y connecter ? Servent-ils les femmes, ou s’en servent-ils ? Nous rendent-ils autonomes, ou dépendants ?

Des questions à bien se poser avant de laisser la technologie envahir notre intimité !

femtech-clue

Crédit image : Clue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s