La vérité sur le retard de règles : quand (ne pas) stresser

Ah, le retard de règles !!! Il fait stresser celles qui ne veulent pas être enceintes, et donnent (parfois) de faux espoirs à celles qui espèrent une grossesse. Pour éviter ces situations complètement évitables, voilà mes réponses aux 8 questions – pas du tout bêtes – du jour.

Qu’est-ce qu’un retard de règles ? (la réponse vague de début d’article)

En général, une femme parle de retard de règles lorsqu’elle estime que son cycle est « plus long que d’habitude » (oui, oui, très scientifique 😉 ). Par exemple elle sait que son cycle dure en général de 28 à 30 jours, elle est à J32… et toujours rien dans la culotte. Elle tape alors retard de règles 2 jours dans les recherches Google. Je ne plaisante pas, et me moque encore moins, parce que je l’ai fait moi-même. Sauf que mes frayeurs se sont toutes avérées injustifiées, et que je les aurais évitées si j’avais compris plus tôt ce qu’étaient vraiment les règles.

Alors les règles, c’est quoi ?

Les règles sont le signe de deux choses, et seulement deux : il y a eu ovulation il y a 14 jours environ (en fait, entre 9 et 18 jours : cette durée est l’encadrement de la phase post-ovulatoire) ET l’ovule n’a pas été fécondé par un spermatozoïde.

A quoi peut être du un retard de règles ?

C’est la suite logique de ma réponse précédente ! La durée entre ovulation et règles étant (quasiment) fixe, le retard de règles peut avoir deux causes, et seulement deux : un retard d’ovulation OU un début de grossesse. Puisque stress et faux espoirs que j’évoquais en introduction sont liés à cette grossesse potentielle (fécondation de l’ovule), autant éliminer tout de suite les doutes sur la première cause et pister ses ovulations. Au moins, on sait à quoi s’en tenir.

Qu’est-ce qu’un retard d’ovulation ?

C’est un terme que l’on n’utilise pas, que l’on ne trouve quasiment nulle part, et qui pourtant aurait toute sa raison d’être. Un « retard d’ovulation » est le signe que la phase pré-ovulatoire du cycle a duré « plus longtemps que d’habitude ». En gros, le corps a pris son temps pour libérer un ovule. Peut-être y a-t-il eu plusieurs tentatives qui ont échoué, peut-être que le processus de maturation du follicule (pour devenir un ovule) a commencé tard… En reprenant mon exemple là-haut, peut-être que cette femme, qui a l’habitude d’ovuler entre le 14ème et le 16ème jour, n’a cette fois ovulé que le 21ème jour ! Ce qui explique naturellement qu’à J32 elle n’a pas encore ses règles puisqu’elle n’est toujours pas à 14 jours de son ovulation…

A quoi peut être dû un retard d’ovulation ?

A beaucoup de choses ! L’ovulation est à la fois un événement très puissant (l’ovaire libère dans les trompes l’ovule qu’il prépare depuis plusieurs jours) mais aussi très sensible et influençable par les conditions extérieures : une perte ou une prise de poids importante, un excès d’exercice physique, un stress, une grande émotion amoureuse, un problème hormonal ou de thyroïde, le syndrome des ovaires polykystiques (OPK)… Autant de causes qui retardent, voire parfois empêchent, l’ovulation. Pourquoi ? Car c’est le moyen qu’utilise la nature pour vous empêcher de tomber enceinte alors que vous n’êtes pas en état d’accueillir une grossesse ! La nature s’affaire en priorité à régler les autres soucis, avant de consacrer une grande énergie à préparer un ovule. Trop fort, ce corps.

retard-regles-cycle

NB : durée fixe 14 jours… euh… attention quand même, je simplifie le schéma pour clarifier mon propos, mais nous ne sommes pas des machines !! Le mieux est qu’après quelques cycles d’observation, vous vous fassiez votre propre idée. Vous devriez constater que si le corps peut mettre une durée très variable pour « réussir à ovuler » (phase folliculaire), il lui faudra en général toujours à peu près le même nombre de jours pour « comprendre qu’il n’y a pas eu fécondation » (phase lutéale).

Comment pister ses ovulations ?

Ce n’est pas compliqué !

1) Prévoyez une petite case dédiée en haut de votre agenda. Si vous téléchargez une appli, attention elle doit être NON PREDICTIVE (je dis attention car les applis de « suivi de règles » sont quasiment toutes des applis qui tirent des conclusions sur la base des cycles précédents : fuyez !!). Deux astuces pour faire le tri dans les applis : 1) Si vous ne pouvez pas y entrer des observations de glaire cervicale : éliminez. 2) Si elle vous donne des informations dans le futur : éliminez. Il faut trouver une appli à qui vous dîtes qui vous êtes, et non une appli qui vous dit ce que vous devez être ! Non mais.

2) Inscrivez R le jour de vos règles.

3) Guettez votre glaire cervicale* (les fameuses pertes blanches qui n’en sont pas), qui devient telle du blanc d’œuf au moment de l’ovulation et s’accompagne d’une grande sensation d’humidité à la vulve, puis s’arrête brutalement. Le dernier jour de blanc d’œuf, inscrivez O en haut de votre agenda (vous ne le saurez que le lendemain !).

4) (bonus) Si vous êtes motivée, suivez votre température les jours de glaire et quelques jours après. La température augmente au moment de l’ovulation et permet de confirmer votre observation de glaire (si vous êtes simplement en « observation » de votre cycle, sa prise n’est pas forcément indispensable).

C’est cela qu’on appelle la « contraception naturelle » ?

Non ! Repérer ses ovulations grosso modo comme expliqué plus haut est un premier pas, mais cela ne suffit pas. Si vraiment vous souhaitez utiliser vos observations pour repérer vos périodes fertiles et infertiles de façon rigoureuse, RDV sur le billet où je présente les Méthodes d’Observation de la Fertilité pour mieux comprendre de quoi il retourne, avant de vous former avec une conseillère qualifiée, pour vous lancer… avec sérénité et efficacité.

En conclusion, c’est quoi un retard de règles ? (la réponse intelligente de fin d’article)

Un retard de règles CE N’EST PAS quand il s’est écoulé plus de 28 jours entre et R

… C’EST quand il s’est écoulé plus de 18 jours (et c’est la seule fois où on a le droit de compter les jours) entre l’ovulation O et l’arrivée des règles suivantes R. Et là, pas de stress inutile, d’inquiétude injustifiée, ou de faux-vrais-faux espoirs : vous connaissez déjà le résultat du test de grossesse.

Alors, vous tentez de repérer votre prochaine ovulation ? Gardez bien en mémoire : le stress ne retarde pas les règles, il retarde l’ovulation.

Allez… relax !!

stress-retard-regles

* si le terme glaire cervicale vous laisse de marbre : allez faire un tour par cet article.

Une réflexion sur “La vérité sur le retard de règles : quand (ne pas) stresser

  1. capucinevercellotti dit :

    Merci pour cet article. Aujourd’hui il y a beaucoup de femmes qui ont une phase progestative plus courte (moins de 10 jours) et ont du mal à tomber enceinte à cause de cela. J’ai déjà vu des phases progestatives de 3 jours après un arrêt de pilule sur un cycle de 32 jours. Mais c’est vrai que les retards de règles sont souvent liés à un retard de l’ovulation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s