La lune parle au cycle féminin : mythe ou réalité ?

1er septembre 2016 : nouvelle année scolaire… et nouvelle lune.

Depuis deux mois la chaleur de ma chambre (vive l’été dans les Caraïbes) me fait passer une bonne partie de mes nuits sur la terrasse au clair de lune et j’en tire deux enseignements que je vous partage : 1) c’est la première fois de ma vie que je sais toujours à quel moment du calendrier lunaire nous sommes et 2) mes cycles n’ont pas bougé d’un poil. Alors, lune vs. cycle menstruel : quid ? Il y a ce que dit la sagesse populaire, il y a ce qu’on croit (ou constate) personnellement, et il y a ce que la science peut prouver – chaque chose ayant son importance. Faisons le point.

Les croyances ancestrales font presque toutes de la lune « l’astre des femmes » par excellence : Séléné la grecque et Luna la romaine sont à la fois les déesses de la lune et de la fertilité. Chez les incas Mama Quilla est la lune, le cycle menstruel et protège des femmes. Dans la philosophie chinoise et le Tao, le Yin représente la lune et la part féminine de la nature. Les mots menstruations, mois et « moon » (lune en anglais) ont la même origine.

Aujourd’hui on entend encore qu’on a plus de chances de concevoir ou d’accoucher un jour de pleine lune, ou que nos règles arrivent (ou devraient arriver) en même temps que la nouvelle lune. Certaines appellent leurs règles les lunes, et on connaît toutes maintenant la cup menstruelle mooncup. L’autre jour je suis tombée sur une appli pour suivre ses cycles appelée Selen. Certaines pratiquent des danses rituelles, des bénédictions de l’utérus à la pleine lune, pratiquent le Yin Yoga ou le Yoga Luna en s’appuyant sur les énergies intérieures de leur rythme biologique. Les phases de la lune sont également au centre du mouvement ésotérique du Féminin Sacré.

Je ne connais pas tout loin de là donc je vous laisse googliser tout ça si cela vous touche : vous verrez que des lunes il y en a des rouges (celle de Miranda Gray qui a baptisé ainsi son livre sur le cycle féminin), mais aussi des vertes et des pas mûres… à chacune ses sensibilités et ses expériences.

lune-regles

Toujours est-il que cet héritage est ancré profondément dans de nombreuses cultures et comme il n’y a pas de fumée sans feu, beaucoup de chercheurs ont essayé de démontrer les liens entre cycle lunaire et cycle menstruel (comme ils l’ont fait avec les accouchements, le sommeil ou les humeurs, en se disant que si la lune influençait les marées il pourrait en être de même pour les êtres humains composés d’eau à 80%). Mais force est de constater qu’aucun n’arrive à quelque chose de concluant pour l’instant (ou si je suis passée à coté d’une étude sérieuse dîtes-le moi).

D’où cela vient-il alors ?

La lune, seul satellite naturel de la terre, nous offre une observation cyclique semblable à la fertilité des femmes. Elle était pendant très longtemps le seul calendrier dont on disposait et, coïncidence ou pas, la durée du cycle lunaire correspond à peu près à la durée moyenne du cycle menstruel. J’ai posé la question ici à la nounou de mes enfants, qui a une notion toute relative des dates : effectivement elle m’explique qu’elle regarde la lune et au premier quartier, elle sait que ses règles vont arriver (ce qui n’est pas étonnant quand on sait que sans montre ni téléphone elle ne se fie qu’au soleil pour connaître l’heure). En tout cas on comprend pourquoi les femmes se sont si longtemps appuyées sur la lune pour se repérer : quel cadeau du ciel !

lune-regles

L’autre possibilité est qu’effectivement les femmes aient été autrefois calées sur le rythme lunaire, mais que l’évolution de nos modes de vie nous en ait détournées. On ne le saura sans doute jamais. Certaines essaient de nos jours de recaler leur rythme intime sur celui de la lune via les techniques de « lunaception », qui permettrait de réguler les cycles en stimulant une ovulation régulière en même temps que la pleine lune, ou du moins les quelques jours du cycle où l’on choisit de ne pas dormir dans le noir complet. Si l’on y croit, il ne me semble pas complètement improbable qu’un tel phasage se mette en place progressivement puisque l’hypophyse est à la fois le lieu de nos émotions et de la régulation hormonale : qui saurait dire quels mécanismes du cerveau entrent alors en jeu ?

Sans aboyer à la lune on peut constater objectivement que sur les 7,5 millions de cycles enregistrés par l’appli Clue, aucun lien évident n’est mis à jour : environ 3,5% des cycles commencent un jour de nouvelle lune, ce qui est aussi vrai pour n’importe quel autre jour :-). Je vous accorde aisément que l’étude aurait été bien plus intéressante en excluant tous les cycles artificiels dus à une contraception hormonale qui bloque l’ovulation : question que j’ai posée à Clue… dont j’attends toujours la réponse !! Snif.

pleine-lune-cycle

Mais dîtes vous enfin que si la science et votre blog préféré restent sceptiques, grand bien leur fasse. Les promenades au clair de lune resteront toujours aussi romantiques, et l’observation de la nature toujours aussi inspirante.

Belle rentrée à tous !

Une réflexion sur “La lune parle au cycle féminin : mythe ou réalité ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s