Fertilitude : un nouveau mot pour le Larousse 2030

Ou 2020 ? Allez, rêvons un peu.

Fertilitude : nf, du latin fertilitas accolé au suffixe -tudo. Attitude d’une personne (ou d’un couple, d’un groupe, d’une communauté) qui prend conscience de sa fertilité et de celle qui l’entoure, des bienfaits qu’elle trouve à la respecter, et de l’importance de la soigner.

Le nom fertilité est utilisé à propos de la terre et de l’esprit depuis le début du XVIIème siècle, et depuis 80 ans seulement à propos de l’être humain (dans les années 30 le dictionnaire de l’Académie Française ne parle toujours que des deux premiers). C’est cet ordre d’usage que le Larousse 2016 a conservé en donnant ses trois définitions : qualité d’une terre, d’un sol qui est fertile ; capacité de quelqu’un à créer, créativité (fertilité d’esprit) ; aptitude à la procréation, tant chez l’homme que chez la femme.

Quant à l’adjectif fertile, voilà sa définition :

1) Se dit d’un sol, d’une région qui donnent d’abondantes récoltes, ou d’une période de temps pendant laquelle la terre produit beaucoup.

2) Se dit d’un esprit riche, fécond, inventif.

3) Se dit d’une femme apte à être fécondée ou d’un couple dont la femme est apte à être fécondée.

Enfin le suffixe « -itude » peut servir à former (merci Wikipedia) : un nom féminin avec l’idée d’un état ou d’une qualité morale, psychologique ou physiologique [check] ; un mot impliquant l’idée d’une attitude ou d’une pose revendiquée [double check] ; ou encore un nom de précision dans le vocabulaire scientifique, en opposition avec le mot du vocabulaire courant (qui ne désigne souvent qu’un état qualitatif sans le définir précisément ni le mesurer) [triple check].

Vous le devinez, je suis convaincue que les liens entre ces trois aspects de la fertilité (nature, esprit, corps) sont très étroits. Que la compréhension de chacun éclaire les deux autres. Qu’entretenir l’un enrichit l’autre. Qu’ils sont même indissociables et découlent de la même attitude. Et qu’à force d’encourager l’alimentation bio, les cures détox qui ressourcent, la beauté naturelle ; il ne semblera bientôt plus saugrenu d’avoir un utérus bio, une « contraception » détox qui inspire, une féminité naturelle.

Je vais vous en donner une preuve (attention : 0% scientifique, 100% personnelle) en repensant aux mois qui viennent de s’écouler.

  • En décembre, en rangeant définitivement les couches (lavables… la vie d’ici me rend bio malgré moi) de ma plus si petite dernière, j’ai commencé à penser de plus en plus fort « nouveau bébé ». Mais en toute honnêteté, tout bien pesé, c’est pas trop le projet. #CORPS
  • Quelques semaines ont passé, les pensées bébé se sont atténuées. Faut dire que je me suis mise à potager, pour la première fois en vrai. Je me suis passionnée. Sauf qu’avec le climat tropical d’ici, en trois mois tout avait germé, poussé, fleuri, fructifié, grossi, mûri… et était englouti par mes grands bébés. #NATURE
  • Quelle fécondité en a découlé ? Ce site, et depuis trois mois je dois avouer : ni envie de tomates ni envie de bébé ne se sont repointées. Ma fertilité est en ce moment celle… de mon projet, de mes idées, de mon clavier. #ESPRIT
  • CQFD.

Je craque un peu mais c’est parce qu’il est grand temps pour moi de partir en vacances, après vous avoir souhaité à tous un été… FERTILE-ATTITUDE !!

larousse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s