C’est l’été ! (du cycle des saisons au cycle féminin)

Cette année les astronomes ont annoncé le solstice d’été (le jour le plus long de l’année) hier, le 20 juin. Mais l’été commence quand officiellement : le 20 juin ? le 21 juin ? pour quel fuseau horaire ? That is the question. Peu importe maintenant qu’on est le 21 et même dans les Caraïbes… l’été est vraiment de retour !

De tout temps l’humanité a fait des parallèles entre le cycle de la femme et le cycle des saisons. L’un comme l’autre sont garants de la reproduction de la nature… même si bien sûr cela dépend des régions et de leur climat.

Ici dans les Caraïbes les quatre saisons ne veulent absolument rien dire, on parle de saison sèche et de saison humide. Néanmoins, comme en Afrique, les femmes peuvent être sensibilisées à leur fertilité de cette manière : fertile en saison humide, non fertile en saison sèche. C’est très évocateur !

En occident, il s’agit de lier à une saison chacune des quatre phases du cycle de la femme : règles puis pré-ovulatoire (phase d’infertilité relative), ovulatoire (phase fertile), post-ovulatoire (phase d’infertilité absolue : une nouvelle ovulation est impossible), et tant qu’à faire… dans l’ordre chronologique :-).

Certaines sagesses antiques, relayées par des contes ou plus récemment par des écrits de Miranda Gray qui nous initie au « féminin sacré » et aux énergies cycliques (quasi mystiques voire féeriques, mais sur lesquelles peut se reposer le yoga aussi par exemple), relaient cette image :

  • le printemps de la pré-ovulation et de la Vierge (renouveau et inspiration),
  • l’été de l’ovulation et de la Femme Mariée (plénitude énergétique et fécondité),
  • l’automne de la phase post-ovulatoire et de l’Enchanteresse (puissance sexuelle et capacité d’ensorcellement),
  • et enfin l’hiver des règles et de la Sorcière (déclin énergétique et obscurité intérieure).

Cela vous parle ? Si oui, cela est décrit plus en détail ici par exemple.

Bon je partage car cela m’intéresse, mais j’avoue que ce n’est pas encore limpide à mes yeux d’ingénieure. Ceci dit je vous promets d’essayer d’identifier ces phases en moi à l’avenir (et de vous tenir au courant) (peut-être ai-je effectivement plus d’idées d’articles dans ma phase de Vierge ?).

En attendant, les néophytes et les plus terre-à-terre d’entre vous seront sans doute plus à l’aise avec mon association version Bambi, qui se décale d’une saison en s’associant plus au cycle solaire qu’au cycle lunaire :

  • l’automne des règles (le nouveau départ de la rentrée et les feuilles rouges qui tombent),
  • l’hiver* pré-ovulatoire où (l’on croit que) tout le monde dort,
  • le printemps, fertile, fécond, saison de la fleur et des amours,
  • et enfin l’été saison du fruit (si la fleur a été fécondée) qui mûrit, au chaud.

* Certaines femmes n’observeront pas la saison hiver, c’est-à-dire ces jours infertiles entre les règles et l’ouverture de la période fertile. Il arrive en effet que la glaire cervicale (signe de fertilité et du retour du printemps) soit observée dès la fin des saignements ! Pour apprendre à reconnaître précisément les « saisons » de son cycle, formez-vous à une méthode naturelle d’observation de la fertilité avec une monitrice ou conseillère certifiée.

Bref revenons à notre 21 juin et tirons la métaphore : la température a monté, la terre s’assèche, il est trop tard pour planter vos semis, et quand on ne souhaite pas de grossesse…

… été joli, au pieu chéri !

cycle-feminin-saisons

Addendum du 21 juin 2017 (eh oui, c’est à nouveau l’été !!) :

Je suis tombée par hasard sur un diagramme climatique l’autre jour… et devinez à quoi cela m’a fait penser ??

graphique-climatique

Naturellement cela ne colle pas parfaitement avec les véritables variations hormonales d’un cycle menstruel, mais reconnaissez que dans l’esprit, la glaire cervicale observée en précipitation (bleue) combinée à une courbe de température basale (rouge), coïncide curieusement avec les observations d’un diagramme de cycle féminin…

J’ai repensé aussi au symbole « soleil » utilisé par la Fondation SymptoTherm pour illustrer la phase infertile post-ovulatoire en symptothermie, faisant penser à la fois à la sécheresse que l’on ressent à la vulve et au plateau haut de température basale.

Alors chez vous, quelle est la météo du jour ?

Let’s cycle!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s