Glaire fertile ? Le test du verre d’eau (et autres tips)

OK on sait que la glaire cervicale est essentielle et indispensable à la fertilité, on sait aussi pourquoi. On sait enfin qu’au top de sa forme elle ressemble à du blanc d’œuf (sinon allez relire mon article spécial glaire). Mais certains jours, ou quand on débute, faut avouer, on n’est pas totalement sûr que ce que l’on observe est véritablement de la glaire fertile. Se posent légitimement des questions : cela vient-il de moi ? (ou est-ce du sperme, ou du gel lubrifiant – ou spermicide – utilisé récemment etc.) ? est-ce de la glaire (ou des sécrétions vaginales) ? est-ce fertile ?

A propos des « pertes blanches » ou sécrétions vaginales (ou leucorrhées)

On parle, dans la méthode Billings par exemple, de jour « sec ». A vrai dire, le vagin est une muqueuse et n’est donc jamais complètement sec. Si on y insère un doigt, ou simplement qu’on le passe sur les lèvres intérieures, on sentira toujours un certain degré d’humidité, équivalent à l’intérieur de sa joue par exemple, qui est signe de bonne santé ! De même que la salive ou les larmes, les sécrétions vaginales permettent notamment de nettoyer en permanence l’intérieur du vagin en éliminant des éventuels germes ou les cellules mortes dues à l’éternel renouvellement de la paroi. Cependant si elles ne s’étirent PAS entre deux doigts (à venir : le roman-photo de la glaire)… ce n’est PAS de la glaire fertile !

Glaire-cervicale

Glaire fertile

A propos du fluide lubrifiant de l’excitation sexuelle

Ce fluide (tu mouilles ?) est celui bien connu des préliminaires – ou de l’excitation, mentale ou physique, qui facilite la pénétration. On l’appelle aussi cyprine. Il ressemble beaucoup à la glaire fertile : glissant, transparent, et même filant parfois. Cependant, à la différence de la glaire, il disparaît rapidement, dès que l’excitation retombe et au plus tard une heure après. Le mieux est donc de s’observer plusieurs fois par jour… et « au repos » !

A propos du sperme, ou d’un gel « extérieur » (spermicide, lubrifiant, etc.)

Ces fluides extérieurs qui peuvent venir encombrer nos observations sont, avec le temps, faciles à reconnaître, d’autant plus qu’en général on sait si on a eu un rapport sexuel dans les 24h précédant notre observation ;-). On peut aussi apprendre à les évacuer plus rapidement, en faisant travailler nos muscles de Kegel (exercices de contraction de notre périnée etc.) à tester ! Sinon en mode contraception, certaines méthodes recommandent de n’avoir des rapports qu’un jour sur deux en période pré-ovulatoire pour éviter que le sperme « de la veille » nous fasse louper le premier jour de glaire fertile.

Si le doute persiste : le test du verre d’eau marche à tous les coups !!!

Ce qui nous facilite grandement la tâche et nous permet d’évacuer le moindre doute c’est qu’il existe un point commun entre tous ces autres fluides : contrairement à la glaire, ils vont tous se dissoudre dans un verre d’eau. Alors voilà l’ultime test : faites tomber dans un verre d’eau ce que vous recueillez, si ça reste « condensé » PAS DE DOUTE c’est de la glaire fertile ; si ça se dissout PAS DE DOUTE ce n’en est pas.

Bonnes observations !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s