Cette leçon (sexo) vaut bien un fromage sans doute

Un ami français est venu nous rendre visite avec un morceau de comté du meilleur fromager de sa ville, vous voyez le genre. Y a pas à dire, les français ils sont quand même forts en fromage.

Alors pour ceux qui n’imaginent pas notre vie culinaire ici c’est pas compliqué : riz, riz, et tiens si je faisais du riz ? Pour la viande on peut repasser (ça tombe bien c’est écolo), quant au from… quoi ? Donc le morceau de comté by-air-mail, deux ans d’âge, avec ses petits cristaux de sel, qui fond dans la bouche, j’avoue ça a été un peu l’extase. Et à vrai dire, une extase bien plus grande que quand je mangeais exactement le même il y a un an et demi en France.

Et là ça m’a fait penser à ce que la sexologue Thérèse Hargot évoque quand elle parle des méthodes naturelles, si le choix de l’abstinence (enfin, plutôt de la continence) est fait pendant la période fertile, et en particulier de la frustration du DESIR pour un plus grand PLAISIR. Car le sexe c’est comme le comté, s’en priver n’est pas si facile !

Alors, désir ou plaisir ?

On oppose souvent aux méthodes naturelles le fait que paradoxalement, elles nient la nature de la femme en demandant de s’abstenir ou d’utiliser un autre moyen de contraception, précisément pendant la période fertile où son désir est le plus fort.

Aparté : mais au fait pourquoi son désir est-il le plus fort ? Parce que son cerveau veut – toujours et vraiment – un enfant ! (moi aussi je trouve ça dingue, j’en parle d’ailleurs ici) (va bien falloir s’y faire). Et ça, c’est naturel ou pas ? En tout cas c’est primaire, animal, sauvage, instinctif.

Donc soit on répond en esquivant : « et la pilule qui supprime purement et simplement l’ovulation (et donc la libido liée), qu’en dis-tu ? », parce que c’est beaucoup plus consensuel de critiquer les méthodes naturelles que la pilule… enfin, de moins en moins ces temps-ci d’ailleurs.

Soit on accepte de ne plus être un enfant capricieux qui veut tout tout de suite quand il en a envie (désolée, mère de jeunes enfants oblige), et on fait appel à sa créativité, son intelligence et sa liberté pour ré-orienter ou différer son désir… pour son plus grand plaisir !

PS : il n’est pas très fin je vous l’accorde, de comparer sexe et fromage. Je jure, mais un peu tard, qu’on ne m’y prendra plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s