Le stérilet cuivre est-il vraiment un choix bio ?

L’autre jour une très bonne amie complètement Bio-Colibri-Bienveillance-Vegan me dit : « le stérilet cuivre, moi je trouve ça top ». Et là, moi qui suis complètement La-Grande-Panthère-Noire (histoire que je lis en boucle à mes enfants depuis trois semaines, va comprendre), je me dis :

sterilet-bio

Notre joute DIU/stérilet cuivre versus méthodes naturelles progresse, en toute amitié bien sûr, sauf qu’à la fin je suis toujours aussi confortée dans mon choix, tandis qu’elle me propose de lui écrire un mail avec une analyse forces & faiblesses, risques & opportunités – école de commerce oblige – qu’elle pourrait relire à tête reposée et avec son homme (sachant qu’elle a déjà exclu la pilule et toute contraception hormonale, qu’elle ne supporte pas). Pourquoi cette évolution ? Est-ce parce que la fertilitude est un « vrai choix » tandis que recourir au stérilet est un « choix par défaut » ? En tout cas c’est à ce moment-là que je vois la brèche et me dis (maman de jeunes enfants oblige, toujours) :sterilet-methodes-naturelles

Je ne cherche pas à convaincre tout le monde à tout prix, et d’ailleurs je ne suis pas à l’aise pour comparer ces choses que je trouve assez incomparables (un outil technico-médical : le DIU vs. une attitude : les méthodes d’auto-observation du cycle)… mais comme ce mail l’a fait avancer m’a-t-elle dit par la suite, je me dis que c’est peut-être une bonne idée de vous le partager. D’ailleurs vous verrez que je ne classe pas par inconvénients/avantages des méthodes naturelles, mais exigences/bienfaits. Je vous assure que la nuance est de taille !

Exigences des méthodes naturelles vs. stérilet en cuivre

  • Être motivée pour se lancer, se former, et rester motivés… à deux. Car chaque mois la question se repose.
  • Prévoir d’être un peu sous pression les premiers mois et pendant les périodes plus délicates type post-partum ou allaitement (donc de redoubler de prudence), le temps de se familiariser avec ses observations.
  • Accepter la continence (ou le préservatif : moins fiable, moins naturel, moins fun ?) pendant les 8-10 jours fertiles, ce qui peut paraître plus dur pour la femme que pour l’homme car c’est le moment où tu en as le plus envie (la nature est bien faite).
  • Se faire à l’idée (mais ne pas s’en faire une montagne) de prendre sa température au réveil. Pour savoir de quoi on parle : il s’agit de 8-10 températures/mois (maintenant moi j’en zappe même plein – oups pas bien) le vrai indicateur de fertilité étant la glaire, la température permet sans doute de gagner en confiance… Il existe aussi des méthodes très fiables ne requérant pas la température : Billings, FertilityCare, FEMM Health par exemple. Il existe des thermomètres digitaux rapides, des moniteurs genre Lady-Comp (chers) et même des thermomètres connectés (chers aussi).
  • Se lancer dans l’observation de sa glaire… bon je te le mets mais ça n’est vraiment pas un sujet. Le premier cycle tu prends ton air effaré, le deuxième cycle tu galères, le troisième cycle tu t’émerveilles, et le quatrième cycle tu ne fais même plus gaffe : tu la sens/vois/analyses sans même t’en rendre compte.
  • Devenir « responsable » : avantage ou inconvénient à toi de voir, mais tu es obligée de rester honnête vis-à-vis de tes désirs : ton bébé surprise c’est « le tien ». Au fait, une fois que tu es bien formée, même indice d’efficacité pour la méthode sympto-thermique que pour la pilule i.e. 0,4% de grossesse.

Bienfaits des méthodes naturelles vs. stérilet cuivre

  • Tu te formes, tu fais plein de découvertes sur le cycle féminin (au lieu de l’ignorer) et tu réalises à quel point c’est bien fichu. Tu reconnectes avec ta nature… pas évident d’expliquer par mail : disons simplement que c’est un énorme effet kiss cool. Accessoirement la formation de départ est bien plus sympa qu’une consult’ gynéco, et une fois que tu as compris c’est pour la vie.
  • Zéro effet secondaire du DIU cuivre : douleur à la pose, règles plus abondantes, fatigantes, saignements en cours de cycle possibles, rejet du stérilet (corps étranger = 5% pas acceptés), grossesses extra utérines (rares) parce que tu empêches l’implantation dans l’utérus. Comme toujours, la majeure partie des femmes le supporte très bien, mais… tu ne sais pas pour toi tant que tu n’as pas testé.
  • Zéro retour de bâton que l’on découvrira dans 20 ans (comme pour la pilule ou l’agriculture intensive) puisque ton corps se régule lui-même et n’est pas obligé de se battre contre une inflammation permanente dans l’utérus. Tu laisses la nature agir, elle est plus intelligente que toi et bien malin celui qui croit pouvoir la maîtriser.
  • Empowerment : pas de « médicalisation » de ton utérus, qui peut complètement s’en passer !! Pas de « soin » de ta fertilité, qui n’est pas une maladie !! Tu  es autonome et ne dépends pas de ton gynéco pour le mettre/vérifier/enlever etc.
  • Sexualité : rythmée, zéro routine, nature, sans entrave (pas de fil de cuivre entre ton mec et toi : yeeess). Le sexe devient un sujet central au lieu d’être un bouche-trou dans ton emploi du temps (vous pouvez même programmer vos déplacements en fonction). Tu vas dire que cela perd de sa spontanéité, mais en même temps tu peux aussi le voir comme des « rendez-vous » et il y en a que tu ne veux pas louper parce que tu sais qu’ensuite il va falloir attendre 8 jours. Bref c’est très perso mais c’est pas mal, franchement.
  • Communication dans le couple : tu réalises en suivant ton cycle le nombre de choses (humeurs, énergie, désir, envie de tendresse/paroles etc.) qui y sont liés, tu te comprends bien mieux, et surtout ton homme aussi : il peut anticiper/respecter/agir.
  • Réversibilité totale le jour où tu veux un enfant.
  • On dit qu’observer ses cycles contribue à les réguler (durée, douleurs/abondance des règles), et en tout cas à bien les connaître et du coup à être en mesure d’agir pour les soigner, car tout est lié (alimentation, hormones, règles, douleurs, bonnes ovulations).
  • Pour nous c’est une méthode beaucoup plus rassurante (fiable) qu’un stérilet, qui peut bouger sans que tu t’en rendes compte. Là, tu gardes la main !
  • Et l’argument finish spécial pour toi : Sois le changement que tu veux voir dans le monde ! Parce que ce n’est pas une contraception mais plutôt une « attitude » et je le vois aussi comme : soigne ta (la) nature, ta féminité, ta fertilité, ta fécondité… pour toi, ton couple, ceux qui t’entourent… Bref toute une philosophie de vie. Peut-on prendre soin de la nature sans prendre soin de sa nature ? Tiens, relis les paragraphes « sobriété heureuse » et « le féminin au cœur du changement » de la charte de ton ami Pierre Rabhi 😉 !

Je vous laisse avec une expression et un petit conseil : l’expression est celle dont l’association Écologie du Cycle Féminin a fait quasiment un cri de ralliement : et si vous étiez bio… jusqu’à l’utérus !? Quant au conseil du jour : n’oubliez pas de parler fertilité (et éventuellement contraception) avec votre mec avant d’en parler avec votre gynéco ! Vous risqueriez d’être surprise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s